Sémiotique visuelle

Le signe iconique en sémiotique visuelle

Le concept de signe iconique semble spontanément plus facile à appréhender que le signe plastique. Un signe iconique partage des propriétés similaires avec l’objet dont il est signe. Sa définition s’arrête-t-elle à cette caractéristique ? Qu’est-ce qu’un signe iconique ? Quelles sont ses spécificités ? 🤔

Note : le mot « signe » dans cet article est employé au sens de medium pour la communication.

Définition

Un signe iconique peut être défini comme un élément figuratif identifiable renvoyant à un objet réel. Il a une fonction de renvoi vers son référent. Pour comprendre comment les signes iconiques sont compris et interprétés, je vous invite à lire cet article sur le triangle sémiotique du signe iconique du groupe µ.

Note : le triangle sémiotique est une représentation visuelle qui permet de décrire les relations qu’entretiennent les différentes entités dans le processus de signification. Selon les auteurs et leurs concepts, les termes utilisés peuvent varier mais l’objectif est le même : décrire les relations entre les différents concepts. C’est pour cette raison que l’on trouve un triangle sémiotique chez différents auteurs (Pierce, le groupe µ etc.).

Le signe selon Charles S. Pierce

Le XIXe siècle est le siècle de la photographie : la représentation avec le degré d’iconicité le plus haut jusqu’alors dans l’histoire de la représentation.

Pierce montre dans ses écrits son intérêt pour la représentation graphique. Au début du XXe siècle, il décrit une logique des icônes en classant les signes en fonction de la relation qu’ils entretiennent avec leur objet. Il décrit les trois modes de la représentation d’un signe : l’icône, l’indice et le symbole.

👉 L’icône

L’icône entretient une relation de ressemblance avec son objet. Il est un signe analogique. Il représente l’objet avec des caractéristiques similaires à l’objet. L’icône a une relation de ressemblance. Il est facilement reconnaissable et compréhensible par les similitudes qu’elle entretient avec son référent.

Exemples : les photos, les vidéos, les schémas etc.

🧠 Processus mental mobilisé : la reconnaissance

👉 L’indice

L’indice entretient une relation causale avec son objet. Il est un signe immédiat faisant référence à l’objet. Il ne représente pas directement l’objet, il en est la manifestation. L’indice est immédiatement compréhensible car il existe dans le monde réel.

Exemples :

  • des traces de pas sont l’indice d’un être vivant
  • la fumée est l’indice d’un feu
  • les feuilles qui bougent la manifestation du vent etc.

🧠 Processus mental mobilisé : la découverte

👉 Le symbole

Le symbole entretient une relation conventionnelle avec son objet. Il est un signe intellectuel, arbitraire : une représentation conventionnelle de l’objet. Le symbole ne ressemble pas à l’objet qu’il désigne. Sa compréhension nécessite une réflexion et un bagage de connaissances (codes, conventions, références culturelles etc.).

Exemples : les mots, certains pictogrammes etc.

🧠 Processus mental mobilisé : l’apprentissage

Les symboles sont intéressants car ils peuvent comporter plus d’information que la simple référence au référent. Un exemple avec le symbole d’un élément chimique. Cette codification scientifique contient en un symbole : le symbole de l’élément chimique (abréviation du nom) et le numéro atomique (nombre de protons de l’élément).

Différence entre signe iconique et symbolique

Quelle différence existe-t-il entre un signe iconique et un signe symbolique ? La relation qu’ils entretiennent avec le signifiant et le signifié.

Le signe iconique entretient une relation de ressemblance avec le signifié tandis que le signe symbolique n’a pas de relation directe avec le signifié. Cette relation doit être apprise par une convention.

Pour conclure

Comprendre la relation qui lie le signe à son objet est primordial pour concevoir ou choisir des signes qui seront compris par votre cible. Cette problématique est centrale en graphisme lorsqu’il s’agit de créer un logo ou une affiche. Elle se retrouve également dans le design d’interface où les icônes occupent une place importante dans l’ergonomie d’une interface.

La théorie du signe de Pierce a largement été critiquée car l’icône peut aussi être symbole dans certains cas. Le célèbre portrait photo de Che Guevara est à la fois l’icône du révolutionnaire et symbole de la résistance et du communisme. Il n’existe pas de signe « pur » néanmoins connaître la classification icône, indice et symbole est très utile pour comprendre et analyser les images.

Sources

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Note moyenne 2.5 / 5. Nombre de vote : 2

Soyez le premier à donner votre avis 🙂

Que pensez-vous de cet article ?