🧠 Sémiotique visuelle

Progresser en graphisme grâce au Traité du signe visuel 🔥

  • par Justine
  • 140 vues
  • 4 minutes
Progresser en graphisme grâce au Traité du signe visuel

Existe-t-il un livre qui synthétise toute la grammaire visuelle ? La réponse est oui !

Le Groupe µ, un collectif pluridisciplinaire de chercheurs et de théoriciens, s’est donné comme mission à la fin des années soixante de proposer un modèle du signe visuel et une synthèse exhaustive du langage visuel dans “Traité du signe visuel ».

Cet ouvrage est une contribution majeure dans le domaine de la sémiotique visuelle car il a apporté de nombreux outils conceptuels pour décrypter les signes visuels. Les différentes facettes des signes (signifié / signifiant, etc.) y sont minutieusement décortiquées pour permettre de décrire avec précision n’importe quelle production visuelle.

Cet article synthétise les deux concepts fondamentaux élaborés par le Groupe µ : l’iconique et le plastique. Point sur ces concepts clés en design graphique👇

Le signe iconique

Selon Klinkenberg, un signe iconique c’est l’élément représenté dans l’image. Il partage des caractéristiques visuelles avec l’objet ou le concept qu’il évoque.

Le processus de signification est assuré par le fait que le signe iconique (le dessin, l’icône, le logo, etc.) et le référent (la chose représentée) entretiennent des rapports de conformité avec un même “type”.

👉 Cet article peut vous intéresser : Triangle sémiotique : l’identification des signes iconiques

Les signes plastiques

Les signes plastiques sont les éléments visuels qui, lorsqu’ils sont organisés et combinés de manière spécifique véhiculent un sens, une signification. Ils jouent un rôle fondamental en communication visuelle car ils transmettent des idées, des émotions, des concepts et d’autres informations à travers les formes, les couleurs, les textures et les compositions visuelles.

Le Groupe µ a classé les signes plastiques en trois types : les chromènes, les formènes et les texturèmes.

Les chromènes

Trois paramètres permettent de décrire la couleur :

  • la dominance (teinte)
  • la luminosité
  • la saturation

Ces paramètres chromatiques permettent de décrire la couleur de manière fine. Par exemple, le rouge peut évoquer la passion ou l’urgence, tandis que le bleu peut évoquer la sérénité ou la confiance.

👉 Ces articles peuvent vous intéresser

Les formènes

Trois paramètres permettent de décrire la forme :

  • la position
  • la dimension
  • l’orientation

Ces paramètres d’organisation spatiale permettent de décrire l’agencement des éléments autrement dit la composition visuelle. Par exemple, une forme triangulaire peut évoquer la stabilité ou le dynamisme, tandis qu’une forme organique et fluide peut évoquer la nature ou le mouvement.

👉 Cet article peut vous intéresser : Logo : la symbolique des formes géométriques

Les texturèmes

Les texturèmes désignent l’aspect visuel et tactile d’une surface. Deux paramètres permettent de décrire une texture :

  • les élèments
  • la répétition

Exemple d’application

Prenons l’exemple d’une illustration d’un coucher de soleil sur la mer.
Les signes iconiques utilisés sont : le soleil, le ciel et la mer.
Les signes plastiques pouvant être utilisés :

  • Chromènes :
    • Teintes : utilisation de tons chauds d’orange et de rose pour évoquer la chaleur et la tranquillité du moment
    • Contraste : entre le ciel lumineux (clair) et l’obscurité de l’eau (sombre) pour symboliser la transition entre le jour et la nuit
  • Formènes :
    • Formes : les courbes des vagues et des nuages peuvent créer une sensation d’harmonie et de fluidité.
    • Composition : le soleil placé près de l’horizon pour évoquer la fin de journée
  • Texturèmes : utilisation de traits fins et de hachures pour suggérer la texture des vagues et des nuages

🧠 À retenir

Si vous souhaitez devenir un graphiste ou un directeur artistique averti, maîtriser ces concepts est in-dis-pen-sable ! Toutes ces notions vous accompagneront au quotidien dans vos productions et votre veille graphique.

Comprendre le processus d’identification des signes iconiques permet de prendre du recul sur les signes produits :

  • le signe produit est-il suffisamment identifiable ?
  • quelles sont les caractéristiques que le signe iconique doit partager avec son référent ?

Lorsque vous sélectionnez des couleurs ou une composition particulière, questionner l’utilisation des différents paramètres de chaque signe plastique :

  • quelle saturation est appropriée pour transmettre mon message ?
  • quelle composition visuelle est appropriée pour transmettre mon message ?

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Note moyenne 4 / 5. Nombre de vote : 3

Soyez le premier à donner votre avis 🙂