Sémiotique visuelle

Comprendre la sémiologie : Saussure, Pierce et Barthes

Le saviez-vous ? La sémiologie est une discipline que l’on retrouve dans différents domaines : la linguistique, le cinéma, la médecine ou encore la communication visuelle. Pourquoi est-elle nécessaire à toutes ces disciplines et plus particulièrement en design graphique ? Quels sont ses concepts fondamentaux ? Cet article est une introduction simplifiée, une 🧰 boîte à outils des concepts sémiologiques à appréhender lorsque l’on souhaite devenir designer graphique.

Définition

La sémiologie peut être définie comme l’étude des signes. C’est un ensemble de concepts et de méthodologies destiné à décrire un système de signes.

Sémiologie, du grec ancien sêmeion « signe » et logia « discours »
Sémiotique, du grec ancien sēmeiō « signe » et tiké « étude, examen »

Il existe des sémiotiques spécifiques qui permettent de tenir compte des particularités du système de signes de certaines disciplines un symptôme par exemple est un signe médical, un pictogramme est un signe visuel.

🧠 À retenir : si un ensemble de symptômes permettent de diagnostiquer une pathologie de la même manière, pour comprendre un message visuel, il est nécessaire d’en décoder ses « symptômes », ses manifestations. C’est précisément l’utilité de la sémiologie en design graphique : comprendre les signes (iconiques et plastiques) pour analyser et/ou produire des messages visuels pertinents 🙌

Saussure : le signe dyadique

Ferdinand de Saussure (1847-1913) est un linguiste suisse. Il est le fondateur de la linguistique moderne. Nous lui devons les bases de la sémiologie comme science générale des signes. Saussure propose le modèle sémiologique selon lequel le signe est une entité constituée de deux facettes :

  • un signifiant : la face matérielle
  • un signifié : la face conceptuelle

Saussure : structure du signe

🧠 À retenir : cette double facette du signe est le premier concept à connaître en tant que futur designer graphique. En l’intégrant, vous choisirez des signes iconiques et plastiques pour le sens qu’ils véhiculent.

Les questions à se poser :

✨ Pourquoi j’utilise ce ou ces signes dans cette création ?

✨ Quel sens je veux donner en utilisant/combinant ces signes ?

Triangle sémiotique de Saussure

  • Le référent est la réalité physique, l’objet lui-même.
  • Le signifiant c’est le contenant du signe (la face matérielle), il peut prendre plusieurs formes (un mot, une image, un son etc.).
  • Le signifié c’est le sens de l’objet (la face conceptuelle). Il s’agit du contenu véhiculé par le signe.
Saussure : triangle sémiotique

Peirce : le signe triadique

Charles Sanders Peirce (1839-1914) est un sémiologue et philosophe américain. Sa théorie du signe tient compte de la relation qui existe entre le signe et son contexte. Pierce propose le modèle sémiologique selon lequel le signe est une entité constituée de trois éléments. Le representamen (1) renvoie à un objet (2) par l’intermédiaire d’un interprétant (3).

  • Le representamen, est une chose qui représente une autre chose, il correspond au signifiant chez Saussure
  • L’objet correspond au référent chez Saussure
  • L’interprétant correspond au signifié chez Saussure
Peirce - Structure du signe

Triangle sémiotique de Pierce

Peirce classe les signes en fonction de la relation qu’ils entretiennent avec l’objet.

  • L’indice est un signe matériel (relation causale)
  • L’icône est un signe analogique (relation de ressemblance)
  • Le symbole est un signe intellectuel (relation conventionnelle)
Peirce : indice / icône / symbole
Peirce : triangle sémiotique

🧠 À retenir : le triangle sémiotique permet de comprendre le processus de signification. Le référent joue un rôle important dans la création d’un message visuel. Vous devez vous assurer de créer des visuels (affiches, logos, pictogrammes etc.) identifiables au regard d’un référent commun pour que votre message soit compris par votre cible. Pour aller plus loin : l’échelle d’iconicité est un concept clé pour comprendre l’importance du référent.

Les questions à se poser :

✨ Est-ce que mon signe fait suffisamment appel à son référent ?

✨ Est-ce que la stylisation adoptée rend le signe identifiable ?

Barthes : dénotation et connotation

Roland Barthes (1915-1980) est un sémiologue et philosophe français. Il s’est particulièrement attaché à l’étude des connotations dans Mythologies, (1957) et Eléments de sémiologie (1964).

Dénotation

La dénotation désigne le sens premier. Le mot « rouge » dénote une couleur. La dénotation est objective, sa fonction est la description.

Connotation

Les connotations désignent le sens second. Par exemple, le rouge possède plusieurs connotations : le danger, l’interdiction, l’amour, le sang etc. Elles sont multiples et subjectives puisqu’elles dépendent du contexte d’utilisation et des références culturelles de la cible. Les connotations ont une fonction de signification.

Barthes : dénotation / connotation

🧠 À retenir : la connotation est un concept primordial dans la création d’un message visuel. Les connotations étant plurielles et subjectives, le designer graphique doit toujours veiller à choisir ses signes iconiques et plastiques en tenant compte des connotations pertinentes pour la cible du message.

La question à se poser :

✨ Quels sont les signes auxquels ma cible est réceptive ?

✨ Est-ce que les signes que j’emploie font sens pour ma cible ?

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Note moyenne 4.7 / 5. Nombre de vote : 13

Soyez le premier à donner votre avis 🙂

Que pensez-vous de cet article ?