🧠 Sémiotique visuelle

Les signes plastiques en sémiotique visuelle

  • par Justine
  • 7 410 vues
  • 5 minutes
Les signes plastiques en sémiologie visuelle

Le métier de graphiste exigence de maîtriser plusieurs connaissances pour produire des supports signifiants : comprendre la cible, traduire l’identité du client et maîtriser les principes fondamentaux du graphisme. Derrière chaque création graphique se trouvent des éléments évidents mais essentiels : les signes plastiques.

Plus que de simples détails esthétiques, ils déterminent la qualité et l’efficacité du message visuel. D’où vient ce concept de “signe plastique” ? Quels sont les différents signes plastiques et pourquoi est-il indispensable de les maîtriser ? 🧐 La réponse dans cet article 👇

Définition du signe plastique

On peut définir les signes plastiques comme les éléments de base du langage visuel. Ce sont un ensemble de propriétés graphiques qui vous permettront à la fois de mettre en forme et produire du sens dans vos productions graphiques. Comment ? Chaque signe plastique possède un plan d’expression (propriétés graphiques) et un plan de contenu (signifiés).

C’est très technique tout ça ! Dis-moi, d’où vient cette dénomination ? 🧐 Le Groupe μ a posé les bases du langage visuel dans Traité du signe visuel. Ce groupe de recherche en sémiotique y développe toute la théorie du message visuel autour de trois concepts fondamentaux : le signe iconique, les signes plastiques et la relation icono-plastique.

Les trois types de signes plastiques

Le Groupe µ, également connu sous le nom de « Groupe de recherches sémiologiques, » est un collectif de chercheurs en sémiologie visuelle qui a développé des concepts importants pour analyser les signes dans la communication visuelle.

Dans Traité du signe visuel, le groupe théorise les trois signes plastiques fondamentaux : les formènes, les chromènes et les texturèmes. Ces signes plastiques constituent la base du graphisme 🙌

Chaque signe plastique possède des sous-propriétés qui possèdent plusieurs signifiés potentiels. Il faut garder en tête que les propriétés des signes plastiques n’ont pas significations fixes. Elles peuvent être perçues de manière variable en fonction du bagage de la cible et des conventions culturelles.

Les formènes

  • Les formènes permettent d’appliquer des propriétés spatiales.
  • Les formènes sont les signes plastiques liés à la forme : géométrie, disposition, etc.
  • Trois paramètres décrivent la forme : la position, la dimension et l’orientation.

Ces paramètres d’organisation spatiale permettent l’agencement des éléments autrement dit la composition visuelle.

La position

La position désigne le rapport au plan des éléments.

La dimension

La dimension désigne le rapport d’échelle entre les éléments.

L’orientation

L’orientation désigne le rapport entre les différents éléments.

Les chromènes

  • Les chromènes permettent d’appliquer des propriétés chromatiques.
  • Ce sont les signes plastiques liés à la couleur.
  • Trois paramètres décrivent la couleur : la dominance, la luminosité et la saturation

Chacun de ces paramètres va produire des perceptions chromatiques qui véhiculeront des émotions et des associations symboliques. Les couleurs peuvent également évoquer des émotions différentes selon leur teinte, leur saturation et leur luminosité.

👉 Cet article peut vous intéresser : Vocabulaire de la couleur

La dominance

La dominance désigne la couleur pure, c’est la teinte.

La luminance

La luminance désigne le degré de clarté d’une couleur, c’est la luminosité.

La saturation

La saturation désigne le degré d’intensité d’une couleur.

Les texturèmes

  • Les texturèmes permettent d’appliquer des propriétés de surface.
  • Ce sont les signes plastiques liés à la texture : aspect visuel et tactile d’une surface.
  • Deux paramètres décrivent une texture : les éléments et la répétition.

Les éléments

Les éléments de la texture ce sont les figures qui la constitue. Elles peuvent être décrites par :

  • leur nature (point, pied de poule, etc.)
  • leur dimension

“le spectateur peut tantôt percevoir une texture comme telle – c’est-à-dire comme une pure surface ; tantôt la percevoir comme un ensemble de formes individualisées” p.198

La répétition

La texture d’une image c’est la microtopographie de sa surface, c’est-à-dire la répétition des figures. Pour décrire cette propriété de la texture, il faut décrire :

  • la loi de répétition des figures
  • la qualité de leur répétition (uniforme / irrégulier, prévisible / aléatoire, etc.).

La texture dépend de plusieurs facteurs : la nature du support, le choix de la matière et la manière dont l’artiste pose ou dispose son outil par rapport au support.

🧠 À retenir

Les signes plastiques, c’est une des bases fondamentales du métier : mettre en forme un message visuel et communiquer des idées et des émotions.

Ne pas maîtriser l’utilisation des signes plastiques entraîne un impact négatif direct sur la transmission de votre message. Si vous employez mal les couleurs, la mise en page ou les textures, vous pouvez tout simplement passer à côté de votre message ou pire, véhiculer un message opposé !

La maîtrise des signes plastiques vous permettra👇

1️⃣ D’analyser les tendances graphiques avec précision
En phase de veille, savoir décrire avec les bons termes les exemples que vous pouvez observer vous permettra d’extraire les signes plastiques pertinents pour votre projet

2️⃣ D’élargir votre palette créative
Sans une bonne maîtrise de ces signes et de leurs sous-propriétés, vous serez limité dans votre capacité à expérimenter les formes, les couleurs, les textures, etc.

3️⃣ De produire des visuels significatifs pour votre cible
Les signes plastiques ont des signifiés variables liés au bagage personnelle de la cible, aux conventions culturelles, etc.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Note moyenne 3.8 / 5. Nombre de vote : 5

Soyez le premier à donner votre avis 🙂